Journée Mondiale des Villes

Contexte et objectifs de la Journée mondiale des villes


Aujourd’hui, plus de la moitié de la population mondiale vit dans les villes et ce chiffre devrait atteindre 68 % d’ici à 2050. Dans ce contexte, la Journée mondiale des villes, fixée au 31 octobre, a été décrétée par une résolution de l’Assemblée Générale des Nations Unies le 27 décembre 2013.


Cette Journée permet de promouvoir des solutions innovantes qui répondent aux défis posés par l’urbanisation croissante et à la nécessité d’une transition vers des villes durables, avec comme principale devise « une meilleure ville, une meilleure vie ».

Cette année, le thème général de la Journée Mondiale des villes est « Innovations et vie meilleure pour les générations futures ». Cela fait notamment écho à la définition communément admise du développement durable, à savoir : « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la possibilité, pour les générations à venir, de pouvoir répondre à leurs propres besoins ».

En outre, l’innovation représente l’élément crucial avec lequel on peut bâtir un développement économique durable. En effet, l’innovation et le progrès technologique sont à la base des efforts entrepris pour diminuer notre empreinte environnementale et optimiser l’utilisation des ressources naturelles.

Par ailleurs, pour cette Journée mondiale des villes 2019, l’Organisation des Nations Unies (ONU) rappelle notamment :

  • que si l’urbanisation peut entraîner plusieurs problèmes de durabilité, elle peut aussi être un outil essentiel pour le développement durable, 
  • que si l’innovation et les technologies d’avant-garde permettent de soutenir la nouvelle économie numérique, elles doivent également répondre à des défis sociaux et mondiaux profonds de certains groupes marginalisés au sein des villes, c’est-à-dire favoriser l’inclusion sociale.

 

Réussir la transition vers des villes durables


A l’heure où le Maroc doit intégrer les Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies dans ses politiques publiques, et dans le cadre de l’ODD 11 : « Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables », le Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) du Maroc a publié en décembre 2017 un rapport intitulé « Réussir la transition vers des villes durables ».

Parmi les axes soulignés par le CESE, nous retrouvons : faire de l’innovation et de la recherche & développement (R&D) des leviers de durabilité de la ville du Maroc, et faire des villes un cadre d’innovation de créativité et de recherche appliquée pour les jeunes.

Le CESE a en effet constaté qu’en 2014, seulement 300 brevets résidents ont été déposés au Maroc, ce qui représente moins de 10 brevets par million d’habitants, parmi lesquels à peine 50 ont été déposés par des entreprises ; et qu’à titre de comparaison, le Brésil a déposé 24 brevets par million d’habitants, la Turquie 65, et la Pologne 124.

Ainsi, il est indispensable de promouvoir une culture d’entreprenariat, d’encouragement de la créativité et d’innovation au sein des différentes structures et pour l’ensemble des acteurs de la ville.

 

La contribution de Lydec au développement durable du Grand Casablanca


Parce que les métiers de Lydec sont structurants pour le développement durable de son territoire d’ancrage, l’entreprise se mobilise notamment à travers sa Feuille de route Développement Durable 2030 et ses engagements pour « contribuer à une urbanisation durable du Grand Casablanca », et plus particulièrement « innover pour développer des solutions adaptées aux enjeux de la Ville de demain ».

Pour cela, Lydec cherche aussi à « renforcer l'approche partenariale au service du Bien Commun » et notamment à développer une approche collaborative avec ses parties prenantes.

L’un des exemples phares de cette démarche est la mise en place du Casablanca CityLab. Initié par Lydec et le centre de recherche Economia de HEM, le projet « Casablanca CityLab » s’inspire grandement du référentiel des Objectifs de Développement Durable des Nations Unies, notamment l’objectif 11 qui vise à « Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables. » (ONU, 2015).

Ce programme a pour objectif de favoriser l’émergence d’acteurs innovants autour des problématiques du développement urbain inclusif et durable du Grand Casablanca et de renforcer la compétitivité des projets en soutenant leurs dynamiques d’innovation et de mise en œuvre.

4 projets ont été retenus pour bénéficier de ce cycle d’accompagnement permettant de :

  • Renforcer les cadres méthodologiques, conceptuels, techniques et opérationnels de leurs projets.
  • Documenter et diffuser les savoir et savoir-faire innovants issus des projets.
  • Assurer un accompagnement méthodologique et technique des projets retenus.
  • Soutenir et renforcer les démarches de mise en œuvre et de montée en compétences et en actions des projets retenus – scalabilité.

Le cycle d’accompagnement a été étalé sur une durée de 3 mois durant laquelle les porteurs de projets retenus ont bénéficié de plusieurs phases d’accompagnement organisés autour de Workshops et rencontres One-to-one avec des encadrants et des challengers issus de l’écosystème d’innovation et d’entrepreneuriat marocain.

Suite au cycle d’accompagnement et de plusieurs étapes intermédiaires d’évaluation, les porteurs de projets parvenant à des formes avancées en termes d’innovation sociale ont présenté leurs propositions devant les partenaires, parties prenantes identifiées et les encadrants et challengers qui ont suivi, à des moments divers, le degré de maturation de leurs projets.

Ce moment de restitution a permis en même temps de valoriser le travail effectué et favoriser des mises en lien avec des réseaux susceptibles de fructifier les projets tel qu’ils ont été nourris et développés au sein du cycle « Casablanca CityLab ».

Les 4 projets retenus :

  • Easyrun : Plateforme digitale de mise à disposition des coursiers pour la livraison des dossiers papiers. La start-up effectue les courses via des engins électriques et assure la formation des coursiers auto-entrepreneurs. Elle est présente sur le périmètre de Casablanca (8 coursiers) et Rabat (4 coursiers).
  • Busmart : Application Web de géolocalisation des bus urbains et bus scolaires. La start-up a effectué un 1er test de son produit E-Bus dédié à la géolocalisation des bus scolaires dans le cadre d’une collaboration avec une école privée à Oujda.
  • Fashion Shifter : Solution de recyclage des vêtements utilisés. La collecte et le redesign de ces vêtements constituent le cœur de métier de cette start-up. Un 1er test a été effectué au sein de l’école ENSA Khouribga.
  • FabLab : A l’initiative de l’association IQRAE, cette spin-off ambitionne de mettre à disposition des jeunes un lieu de fabrication doté des équipements technologiques tel que des imprimantes 3D, des découpes Laser et des ordinateurs. Situé au quartier Sidi Othmane à Casablanca, ce lieu est en cours d’équipement et constituera un centre de formation des jeunes à l’utilisation des nouvelles technologies afin de faciliter leur insertion professionnelle.

Ces initiatives partenariales engagées par Lydec, telles que le Casablanca CityLab, s’inscrivent au cœur de sa raison d’être : « apporter au quotidien des services essentiels de qualité aux citoyens et aux acteurs économiques dans un esprit d’efficience, d’innovation et de partenariat pour contribuer au développement durable de notre territoire d’ancrage ».

 

Nos solutions pour la préservation des ressources naturelles

Nos solutions pour une Ville durable